Catégorie : Agronomie
 

L’herbe, première ressource pour tendre vers l’autonomie alimentaire

Actuellement, l’une des premières préoccupations des éleveurs est de rechercher des solutions pour réduire la dépendance des achats à l’extérieur. Le plus souvent cela concerne les concentrés riches en protéines ou les tourteaux. Cette motivation est bien sûr liée aux prix mais aussi à leur fluctuation.

Autonomie   Graminées   Légumineuses   Valeur alimentaire  
 

Les prairies : une solution si elles sont de qualité

La prairie est de loin la première ressource en énergie et en protéines, mais c’est aussi la ressource qui demande le plus de technicité vu la saisonnalité de la production, le grand nombre d’espèces potentiellement présent dans les prairies et les contraintes pédoclimatiques liées à la parcelle. Pour se rapprocher de l’autonomie alimentaire, il faut que les plantes aient un rapport équilibré entre l’énergie et les protéines (environ 80 à100 gr de PDIE/UFL), que les valeurs alimentaires soient les plus proches des besoins des animaux, tout en tenant compte de l’encombrement du fourrage, de l’appétence et bien sûr de la productivité ! Aujourd’hui, les éleveurs disposent d’une large palette d’espèces et de variétés fourragères. Néanmoins d’autres paramètres peuvent faire varier très sensiblement la valeur alimentaire des plantes, leur appétence et leur encombrement.

Récolter au bon stade

Les valeurs de la plante évoluent du stade feuillu jusqu’à la pleine épiaison. La valeur en UFL peut ainsi passer de 1,03 à 0,7 UFL.

Quant à la valeur d’encombrement, elle peut passer de 0,95 UEL à 1 ,20 UEL. Ainsi la capacité d’ingestion va varier de 19,5 à 10,5 UFL, pour la même vache et la même plante ! Il est donc essentiel de se former à observer les stades de l’herbe.

Maîtriser la hauteur d'exploitation de l'herbe

Les parties hautes de la plante sont toujours plus riches. Il est donc important de ne pas faire pâturer trop ras ou faucher trop court. D’ailleurs, raser trop court pénalise l’avenir de la plante et facilite l’implantation d’adventices indésirables. Donc 5 cm au pâturage et 7 cm en fauche sont les hauteurs minimum à laisser après exploitation. L’état sanitaire de la plante va influencer la qualité et la consommation de l’herbe. Les maladies (rouilles ou autres), se développent sur les feuilles et surtout celles entrées en sénescence. Leur présence réduit le rapport feuilles/tiges. Les moyens d’action sont de prendre en compte le critère de « résistance aux maladies » lors du choix de la variété, et d’accélérer le rythme d’exploitation. Il est nécessaire de revenir plus vite sur la parcelle pour assurer le développement de jeunes pousses.

Bien choisir l'espèce

Chez les ray-grass anglais, hybride et italien, de même que chez le trèfle violet, certaines variétés sont tétraploïdes (alors que les autres sont diploïdes). Les tétraploïdes ont des feuilles nettement plus larges, ce qui favorise le rapport feuilles/tiges, donc la valeur alimentaire et globalement, elles sont plus appétentes. Le rapport feuilles/ tiges est donc un élément déterminant de la valeur de l’herbe. Ce rapport va dépendre de la ploïdie, mais aussi de la remontaison (aptitude de la graminée à refaire des épis), de la longueur du jour et du mode d’exploitation (pratique de l’étêtage).

S'adapter aux conditions climatiques

Les conditions climatiques des derniers jours avant exploitation sont aussi des facteurs de variation des valeurs. Après une période de temps maussade avec peu de soleil, la valeur est plus faible. Après le retour du beau temps, il ne faut pas s’empresser de faucher, mais laisser profiter la plante de 2 à 3 jours de soleil avant de faucher. C’est en fin de journée que l’herbe est la plus riche. Le bon compromis semble de commencer la fauche en début d’après-midi.

Favoriser le pâturage

C’est sur pied que l’herbe est la plus riche. Lorsque l’on fauche, les parties coupées ne meurent pas tout de suite et continuent de consommer des sucres pour leur métabolisme jusqu’à un taux de 60% de matière sèche. Il faut donc que la « mort » des cellules végétales soit rapide ! C’est le cas pour de l’ensilage à 30% de matière sèche. Par contre, c’est plus lent pour l’enrubannage et bien sûr pour le foin. Il est nécessaire dans ce cas d’accélérer la stabilité du fourrage par la vitesse de séchage (faucheuse conditionneuse) ou en choisissant des espèces qui sèchent puis vite.

Comparer les valeurs alimentaires des différentes espèces

Il existe des variations de valeurs alimentaires relativement fortes selon les espèces. Il faut donc les comparer au même stade. D’une espèce et d’une variété à l’autre, ce stade n’est d’ailleurs pas atteint à la même date puisqu’il dépend de la précocité de la variété. De plus, si certaines espèces semblent moins riches, elles peuvent présenter d’autres intérêts comme la vitesse de séchage, l’adaptation à des conditions pédoclimatiques ou la période de production. Le site www.prairies-gnis.org informe, entre autre sur les intérêts et les limites de chacune de ces espèces.

 

Catégories

Tous les articles d'Herb'actifs et des dossiers thématiques classés selon vos centres d'intérêts

Services

Le calculateur pour mélanges prairiaux
Calculer le peuplement de votre prairie et/ou vos densités de semis.

Lancer l'application

Herbe-Book.org
Herbe-Book est votre base de données en ligne sur les variétés de plantes fourragères.

Lancer l'application

Inscription Newsletter

Complétez le formulaire ci-dessous pour être averti des publications de nouveaux dossiers, reportages et interviews.

Adresse e-mail
Code Postal

Mots Clés

Accédez aux articles qui vous intéressent en sélectionnant par catégorie, un mot clé.

Vers la page de sélection

Rechercher

Version imprimée

Recevez gratuitement la version imprimée Herb'actifs ! qui paraît une ou deux fois par an.

Abonnez-vous