Catégorie : Agronomie
 

Fais au moins le pâturage qui t’est facile !

Faites du pâturage, même partiel, mais faites-en ! Tel est en substance le message que veut faire passer le BTPL (Bureau Technique de Production Laitière) qui publie une étude sur son réseau €colait pour montrer que le mouvement naturel de réduction du pâturage n’est pas la meilleure chose qui arrive à l’élevage et aux éleveurs.

 
 

Aujourd’hui, un phénomène d’agrandissement des troupeaux est à l’œuvre. Souvent par fusion d’exploitations ou pour l’arrivée d’un nouvel associé, ou simplement par souci économique . Cette concentration a souvent pour conséquence une non-augmentation de la surface de proximité disponible pour le pâturage, car les animaux sont regroupés sur un site de bâtiments qui existent déjà. Le pâturage devient alors plus compliqué pour ces nouveaux troupeaux, du fait de l’éloignement des bonnes parcelles, et ils sont préférentiellement laissés à la stabulation.
Le réseau €colait qui regroupe des exploitations de taille plus grande que la moyenne et majoritairement situées dans des zones au climat semi-continental, plus défavorables au pâturage pourrait donc bientôt devenir représentatif d’une partie des élevages laitiers français, selon M. Deraedt qui a conduit l’étude.

Une charge de fourrages quasiment identique pour tous types d’élevages

Dans un premier temps, l’étude a classé les exploitations du réseau €colait en 8 groupes : 4 en fonction du nombre de vaches laitières et 4 selon les critères : présence d’un robot de traite, exploitations de plaine et de zone défavorisée, exploitations « bio » et exploitations de montagne.
Sans surprise, les exploitations « bio » et de montagne sont celles qui ont le plus recours au pâturage.
Néanmoins, le coût des fourrages ramené aux mille litres de lait est très semblable dans tous les groupes (sauf en bio). Car les exploitations qui consomment le plus les fourrages coûteux (enrubannage, ensilage, foin) sont aussi celles qui produisent le plus de lait par vache.


  <50 VL 50-70 VL 70-110 VL > 110 VL Robot Plaine Montagne Bio
                 
Nbre d'élevages 94 206 274 116 111 690 54 20
Production laitière (l/an) 327 023 508 245 726 329 1 222 094 779 932 690 167 504 019 396 238
SAU (ha) 114 18 191 288 226 181 97 128
SFP lait (ha) 46 63 86 124 89 80 78 96
% Prairie/SFP 68,5 64,8 63,7 61,8 63,0 64,4 79,8 92,1
% Pâture /ration de base  (% de MS) 11 % 8 % 6 % 5 % 3 % 7 % 18 % 29 %

Un revenu disponible jusqu’à 20 % supérieur pour les exploitations qui pratiquent le pâturage.

Dans un second temps, de nouveaux groupes ont été constitués en fonction de la quantité d’herbe pâturée et de l’effectif moyen des vaches laitières pour comparer les performances économiques des exploitations en fonction de l’ampleur du pâturage.
On a alors pu observer que les charges restent plus élevées pour les exploitations qui utilisent moins de 750 kg de MS/vache/an de pâture, l’Excédent Brut d’Exploitation étant calculé avec les frais réels (frais de production de fourrages, mécanisation, fermages). Le revenu disponible pour la famille est alors inférieure pour les élevages qui utilisent moins la pâture.
Suivant le nombre de vaches laitières de l’exploitation, les écarts vont de – 1 000 €/UMO-lait (Unité de Main d’Oeuvre) pour les plus grands troupeaux à – 12 000 €/UMO-lait pour les petits troupeaux.


  < 50 VL 50 - 70 VL 70 - 90 VL > 90 VL
Pâture > 750 kg < 750 kg > 750 kg < 750 kg > 750 kg < 750 kg > 750 kg < 750 kg
Nb élevages 18 21 33 63 24 48 29 77
SAU (ha) 137 113 127 155 191 195 222 265
SFP-lait (ha) 53,6 43,9 63,0 64,6 87,0 86,0 112,3 112,1
Nb VL 42 40 61 60 80 77 111 121
Lait produit 343,9 kL 321,2 kL 493,5 kL 507,3 kL 659,6 kL 655,7 kL 917 kL 1 047 kL
Concentré 21 % 21 % 15 % 11 % 10 % 17 % 14 % 9 %
Ensilage maïs 46 % 51 % 50 % 62 % 57 % 61 % 53 % 63 %
Herbe hors pâture 32 % 41 % 26 % 32 % 24 % 34 % 26 % 32 %
Pâture 22 % 6 % 22 % 5 % 19 % 5 % 20 % 4 %
EBE lait (€/MI) 121 92 124 102 132 113 123 104
Revenu disponible €/UMO (2015) 31 555 20 656 31 341 23 701 41 898 29 688 36 523 35 205
Revenu disponible €/UMO (2014) 38 707 29 346 39 841 41 198 50 804 42 531 61 826 48 995

« Ce résultat assez impressionnant a rassuré des éleveurs qui pratiquent le pâturage, et leur a montré qu’ils sont dans les clous, même si la variabilité au sein des paires étudiées (constituées par le nombre de vaches laitières) était très importante aussi » précise Michel Deraedt.
Globalement et sauf exception, un éleveur a donc intérêt à réaliser du pâturage dans la mesure du possible car c’est le plus intéressant économiquement à faire. « Cela reste un effort de s’organiser pour faire pâturer les vaches, c’est plus de boulot que de les laisser à la stabulation, mais ça revient moins cher car il n’y a pas de frais de récolte. Si cette étude doit faire passer un seul message, c’est : ne reste pas au zéro pâturage. Regarde ce que tu as comme parcelle à proximité. Fais au moins le minimum que tu puisses faire, mais fais-le. Une des pistes serait d’augmenter la surface de proximité, en pratiquant pourquoi pas l’échange de parcelle » conclut Michel Deraedt.

 

Catégories

Tous les articles d'Herb'actifs et des dossiers thématiques classés selon vos centres d'intérêts

Services

Le calculateur pour mélanges prairiaux
Calculer le peuplement de votre prairie et/ou vos densités de semis.

Lancer l'application

Herbe-Book.org
Herbe-Book est votre base de données en ligne sur les variétés de plantes fourragères.

Lancer l'application

Inscription Newsletter

Complétez le formulaire ci-dessous pour être averti des publications de nouveaux dossiers, reportages et interviews.

Adresse e-mail
Code Postal

Mots Clés

Accédez aux articles qui vous intéressent en sélectionnant par catégorie, un mot clé.

Vers la page de sélection

Rechercher

Version imprimée

Recevez gratuitement la version imprimée Herb'actifs ! qui paraît une ou deux fois par an.

Abonnez-vous

Enquête

Enquête de lectorat

Courant janvier, Herb'actifs mènera auprès de vous chers lecteurs une enquête en ligne, pour vous connaître un peu mieux et sonder vos interrogations sur les prairies.