le mot clé que vous avez sélectionné est : Gestion des pâturages
   

Des clôtures virtuelles pas aussi efficaces qu’espérées

En février 2016, nous entendions parler d’un système de clôture virtuelle, une technologie prometteuse qui devait simplifier la gestion du pâturage pour les éleveurs et qui a suscité beaucoup d’attentes auprès des éleveurs et des professionnels. Le projet est pourtant à l’arrêt depuis 2 ans. Alexis Ferard, ingénieur régional fourrages chez Arvalis, a travaillé quelques mois au Teagasc, il explique cette suspension.

Les Digifermes® testent les nouvelles technologies pour la prairie

Didier Deleau, ingénieur régional fourrages à la Digiferme® de Saint-Hilaire-en-Woëvre (55) et président de l’AFPF (Association Française pour la Production Fourragère), partage les avancées que permettent les nouvelles technologies pour une meilleure valorisation des prairies.

« Faire ou refaire de l’herbe une culture à part entière »

Alors que son exploitation va sérieusement évoluer dans les tous prochains mois, Martial Marguet, président de l’Institut de l’Elevage et éleveur bovin dans le Jura, entend optimiser ses surfaces herbagères. L’occasion de se plonger dans une réflexion sur l’intérêt de ressemer des prairies productives et sur la composition des mélanges prairiaux. Un sujet qui, selon lui, gagnerait à être davantage creusé.

Pour mieux suivre la pousse de l’herbe...
sortons des sentiers battus !

Elevage Conseil Loire-Anjou vient de réaliser une enquête sur les freins à l’utilisation de la prairie par les éleveurs. Ses principaux enseignements : la culture et la gestion de l’herbe recèlent des marges de progrès importantes : de l’implantation de la prairie à la gestion du troupeau.

Essentielle à la bonne conduite du troupeau :
la prairie temporaire

Philippe Dru a développé avec passion son exploitation, la Ferme du Petit Pont, à Montreuil-sur-Loir, dans le Maine-et-Loire. Benoit Bruneau vient de le rejoindre. Ils conjuguent leurs efforts pour offrir à leurs 80 vaches allaitantes une alimentation équilibrée. Avec 80 % des prairies en zone inondable, le défi n’est pas toujours facile à relever. Il faut même faire nager un peu les vaches !

Les stocks d’herbe sur pieds ?

Le principe du stockage d’herbe sur pied est de retarder l’exploitation de l’herbe produite en fin de printemps ou en été avant la sécheresse, pour l’exploiter au moment du creux de production d’herbe en été. Cela amène à exploiter une herbe âgée en pâturage mais évite de récolter au printemps pour ensuite redistribuer de l’herbe conservée ou du maïs en plein été. Le choix de cette technique nécessite de bien comprendre les contraintes de gestion et de qualité de l’herbe ainsi conduite.

Exploitation des prairies en été : préserver l’avenir

L’exploitation des prairies en fin d’été (Août début septembre), ne doit pas pénaliser les repousses d’automne qui selon les espèces et les variétés d’herbes présentes dans les prairies peuvent être une véritable source d’alimentation des troupeaux au pâturage. Certaines précautions d’exploitations des prairies sont donc nécessaires.

Elles résistent mieux aux aléas du climat. Place aux jeunes (prairies) !

« Une bonne surprise ! » Devant la belle tenue de la parcelle de 2,5 ha semée fin août derrière un triticale, Michel Brigonnet ne cache pas sa satisfaction.

 

Catégories

Tous les articles d'Herb'actifs et des dossiers thématiques classés selon vos centres d'intérêts

Services

Le calculateur pour mélanges prairiaux
Calculer le peuplement de votre prairie et/ou vos densités de semis.

Lancer l'application

Herbe-Book.org
Herbe-Book est votre base de données en ligne sur les variétés de plantes fourragères.

Lancer l'application

Inscription Newsletter

Complétez le formulaire ci-dessous pour être averti des publications de nouveaux dossiers, reportages et interviews.

Adresse e-mail
Code Postal

Mots Clés

Accédez aux articles qui vous intéressent en sélectionnant par catégorie, un mot clé.

Vers la page de sélection