le mot clé que vous avez sélectionné est : Economie d'intrants
   

Miser sur le correcteur pour sécuriser ses ensilages

Un fourrage mieux conservé, une valeur alimentaire maintenue, moins de pertes. Trois éleveurs de l’Ain expliquent pourquoi ils utilisent un conservateur pour leurs ensilages.

Assurer la productivité de ses prairies

Avec ses 3 associés, Nicolas Leduc, éleveur dans le Nord, produit et transforme du lait bio. Avec une ration basée sur l’herbe, la gestion des prairies est essentielle. Pas facile quand le climat joue avec les extrêmes.

Eleveur laitier avec un système fourrager intensif, c’est possible !


Mathieu et son épouse Christelle travaillent avec un système fourrager intensif. Ils montent en lait tous les ans et en quelques années, ils sont passés de 40 ares par vache à 20/25 ares par vache sans augmenter sa surface en maïs ni ses achats. C’est donc le travail sur leurs prairies qui leur a fourni les stocks nécessaires à cette intensification.

À la recherche de l’autonomie alimentaire


Depuis quelques années maintenant beaucoup d’éleveurs se sont engagés dans une démarche d’autonomie alimentaire grâce aux cultures fourragères. Beaucoup de progrès ont été réalisés et certains éleveurs réfléchissent déjà à comment libérer de la surface pour des cultures de ventes tout en maintenant cette autonomie. Herb’actifs est allé à la rencontre M.Thomas Gobaille installé en EARL à Origny en Thiérache, région du maroilles où les prairies permanentes sont omniprésentes. 

GAEC Grandjean, en zone AOC. Comté 95 % d'autonomie : pari tenu !

Le GAEC Grandjean est une exploitation familiale avec 85 ha de SAU et un cheptel de 40 laitières montbéliardes et 40 génisses avec une référence de 315 000 l de lait en AOC Comté. 45 ha sont des prairies dont 2/3 de temporaires.
M. Grandjean fait partie des tous premiers agriculteurs entrés dans le projet qui a amené à la création de DESIA25. 

DESIA25 : quand des éleveurs créent une usine d'alimentation animale

DESIA25 est une société située à la sortie de Pontarlier dans le Doubs. Elle compte parmi sa centaine d’actionnaires 77 exploitations agricoles, qui représentent 120 agriculteurs. Elle fournit aux agriculteurs des bouchons deshydratés produits exclusivement à partir de fauches provenant des terres des exploitations actionnaires. L’usine récupère de la chaleur issue de l’incinérateur de Pontarlier pour déshydrater la matière amenée par les exploitants agricoles. Elle a été mise en service en 2013.
Herb’actifs est allé à la rencontre de DESIA25 et de trois exploitations, chacune avec une stratégie différente. Virginie Meier, Directrice de DESIA25, nous présente la société

Les fourrages au Gaec des Prés Nouveaux : la force de la diversité

Longtemps contraint d’optimiser ses 75 ha disponibles pour à la fois nourrir ses 60 vaches sur une zone d’appellation et garder une production de maïs consommation, Philippe Morel a puisé dans cette expérience la passion des prairies temporaires bien conduites.

De la luzerne en terres acides ? ... Si, si ça marche !

Cultiver de la luzerne en terres acides… une folie ? Pas pour Arnaud Oble, au lycée agricole de Bressuire. Pâturée une fois par an, elle est également récoltée en sec ou enrubannée.

 

Catégories

Tous les articles d'Herb'actifs et des dossiers thématiques classés selon vos centres d'intérêts

Services

Le calculateur pour mélanges prairiaux
Calculer le peuplement de votre prairie et/ou vos densités de semis.

Lancer l'application

Herbe-Book.org
Herbe-Book est votre base de données en ligne sur les variétés de plantes fourragères.

Lancer l'application

Inscription Newsletter

Complétez le formulaire ci-dessous pour être averti des publications de nouveaux dossiers, reportages et interviews.

Adresse e-mail
Code Postal

Mots Clés

Accédez aux articles qui vous intéressent en sélectionnant par catégorie, un mot clé.

Vers la page de sélection