le mot clé que vous avez sélectionné est : Stade de récolte
   

Eleveur laitier avec un système fourrager intensif, c’est possible !


Mathieu et son épouse Christelle travaillent avec un système fourrager intensif. Ils montent en lait tous les ans et en quelques années, ils sont passés de 40 ares par vache à 20/25 ares par vache sans augmenter sa surface en maïs ni ses achats. C’est donc le travail sur leurs prairies qui leur a fourni les stocks nécessaires à cette intensification.

Faites-en des tonnes à la récolte,
vous engrangerez de la qualité !

Un fourrage de qualité mérite la plus grande attention, notamment lors du chantier de récolte. L’expert Gilles Crocq nous explique pourquoi.

Récolte des fourrages : à la montaison, c’est tout bon !

Tout comme le choix de l’espèce ou le climat, la date de récolte joue un rôle capital sur la valeur alimentaire des fourrages. René Baumont, directeur de recherches à l’Inra de Clermont-Ferrand/Theix développe cet aspect essentiel à la performance de la production.

2 000 € de gagnés en récoltant 15 jours plus tôt

Conseiller élevage à l’EDE du Gers (Etablissement Départemental de l’Elevage), Joël ABADIE insiste sur la qualité des fourrages : la récolte de l’herbe au bon stade est déterminante et se traduit par des économies importantes sur le poste d’achat d’aliments. Les éleveurs ont conscience de ce principe, mais pas forcément des proportions que cela peut prendre.

Pour des fourrages de qualité

Conseiller élevage à l’EDE du Gers (Etablissement Départemental de l’Elevage), Joël ABADIE insiste sur la qualité des fourrages afin de diminuer les achats de concentrés. La récolte de l’herbe au bon stade est déterminante et se traduit par des économies importantes sur le poste d’achat d’aliments.

Produire des protéines sur les prairies

Toute source de protéine est bonne à prendre. Naturellement l’herbe en produit, encore faut-il pour valoriser cette production exploiter les prairies au bon stade et bien gérer la fertilisation azotée.

L'évolution des teneurs en protéines : l'exemple du dactyle et de la luzerne

La teneur en protéines des espèces de graminées et de légumineuses varie selon le stade de développement et les variétés pour la luzerne. Une bonne exploitation des prairies est un compromis entre bonne teneur en protéines et rendement. Exemple de deux champions de la teneur en protéines : le dactyle et la luzerne.

Tu fauches ou tu fauches pas ?
Débit épiaison, stade-clé

En matière de fauche, tout est question de compromis. Pas trop tôt pour gagner en rendement mais pas trop tard pour maintenir une valeur alimentaire correcte.

 

Catégories

Tous les articles d'Herb'actifs et des dossiers thématiques classés selon vos centres d'intérêts

Services

Le calculateur pour mélanges prairiaux
Calculer le peuplement de votre prairie et/ou vos densités de semis.

Lancer l'application

Herbe-Book.org
Herbe-Book est votre base de données en ligne sur les variétés de plantes fourragères.

Lancer l'application

Inscription Newsletter

Complétez le formulaire ci-dessous pour être averti des publications de nouveaux dossiers, reportages et interviews.

Adresse e-mail
Code Postal

Mots Clés

Accédez aux articles qui vous intéressent en sélectionnant par catégorie, un mot clé.

Vers la page de sélection