Aller à la page :

« On peut améliorer les performances de la prairie »

Marc Lambert est président du 3ème collège du COMIFER*, membre du groupe de travail « Azote et Soufre » et agronome chez Yara France, en charge des grandes cultures. Grâce à l’implantation internationale du groupe Yara, il travaille régulièrement avec des agronomes de pays à forte tradition herbagère. Pour Marc, c’est la considération portée aux prairies, temporaires et permanentes, qui demeure un des freins au développement des systèmes fourragers français. De son point de vue, ces dernières bénéficieraient grandement d’une meilleure fertilisation.

Deux nouveaux guides pour composer ses mélanges de semences pour prairies

L’AFPF, l’Association Française pour la Production Fourragère, annonce la sortie d’un guide pour les « Mélanges de semences pour prairies de courte et moyenne durée, (moins de 3 ans) » et d’un guide pour les « Mélanges de semences pour prairies de longue durée, (3 ans et plus) ».

Objectif autonomie alimentaire, les promesses du semis sous couvert

A la ferme expérimentale de Thorigné d’Anjou (Maine-et-Loire), les essais visent à atteindre l’autonomie alimentaire du troupeau en proposant les associations d’espèces prairiales les plus productives. Le semis de prairies à flore variée est testé sous couvert d’associations céréales-protéagineux : les premiers résultats sont prometteurs.

1er apport d’azote, ne ratez pas la sortie d’hiver !

Ce mois ci, l’application Date N’Prairie® souffle sa première bougie. Cette application détermine précisément partout en France la date prévisionnelle où la somme de 200 °C cumulée à partir du 1er janvier sera atteinte. Cette date est idéale pour le premier apport d’azote en sortie d’hiver sur prairies de graminées. Herb’actifs est allé interviewé Pierre-Vincent Protin, le concepteur de l’application.

Un pH supérieur à 5,5… sinon rien

Existe-t-il une gamme de pH idéale en fonction du type de prairie ? Quel est l’impact du pH sur la productivité ? Quels sont les facteurs qui acidifient le sol ?
Alain Bouthier (à gauche) et Baptiste Soenen (à droite) d’Arvalis-Institut du végétal nous donnent des clés de compréhension*.

On peut être une prairie de mélange et exiger une fertilisation azotée !

Les légumineuses ont la particularité de fixer l’azote de l’air contenu dans le sol grâce à leurs racines où vivent, dans des nodosités, des bactéries. Cet azote devient alors disponible pour la plante et les plantes proches. Dès lors, dans le cas de prairies associant des légumineuses avec des graminées, comment faut-il raisonner la fertilisation azotée ?

Les besoins nutritionnels des prairies

La fertilisation est un élément important de la productivité des prairies. Elle se raisonne avec comme premier principe la couverture des exportations, qui dépendent du mode d’exploitation et des espèces implantées. Mais au fait, qu’exportent-elles exactement ? Pour répondre à cette question, Herbe-actifs est allé à la rencontre d’un spécialiste de la fertilisation des cultures : Marc Lambert, agronome chez Yara.

Complétez le formulaire ci-dessous pour être averti des publications de nouveaux dossiers, reportages et interviews.
Adresse e-mail
Code Postal
Accédez aux articles qui vous intéressent en sélectionnant par catégorie, un mot clé.

Le calculateur pour mélanges prairiaux

Construisez votre mélange de semences puis calculer le peuplement de votre prairie et/ou vos densités de semis.

Herbe-book.org

Herbe-Book est votre base de données en ligne sur les variétés de plantes fourragères.
Communiquez-nous vos coordonnées pour recevoir gratuitement la revue Herb'actifs.
Mentions légales